L'ÂGE DE NOS PÈRES

CRÉATION 2021

THÉÂTRE DOCUMENTAIRE

LE SPECTACLE

Le collectif l a c a v a l e se retrouve dans une maison de campagne pour terminer le montage final de leur film documentaire sur la figure des pères. Il est l’heure de choisir ce qui sera gardé et ce qui sera coupé. C’est un moment crucial. Chacun·e défend son point de vue, engage une grande part de lui/elle-même. La tension monte, ça s’affronte, ça fléchit, ça concède.

Entre les moments de travail, dans les temps de pause, ils et elles se confient sur leurs espoirs et leurs désillusions à l’âge où les choix qu’on engage dans nos vies s’avèrent déterminants. En écho au film documentaire qu’ils/elles sont en train de boucler, ils/elles s’interrogent sur l’espace de liberté qui leur reste pour ne pas ressembler à leurs parents.

INTENTIONS

En partant des pièces de Tchekhov et notamment de Platonov, le collectif l a c a v a l e a le désir de continuer à expérimenter le mélange des genres entre cinema documentaire et théâtre. Cette fois, ils/elles décident de se prendre comme sujets de cette création et ainsi de retourner vers eux/elles-mêmes l’expérience qu’ils/elles font vivre à d’autres lors de leurs précédents spectacles.

Les spectateur·trices assistent au laboratoire de création d’un film et à ce qui se joue à ce moment-là. Un moment qui met les protagonistes dans un état de vie puissant, qui leur semble éminent théâtral.
Pour écrire ce spectacle, le collectif prend comme compagne de route ou pièce miroir : Platonov.

Pourquoi Platonov ?
Pour le titre déjà : Ce fou de Platonov, Bezotsovchtchina 

Pendant longtemps, la pièce n’a pas eu de titre. Elle a souvent été jouée sous le titre de « Pièce sans titre » et c’est plus tard, dans une lettre, que Tchekhov la nommera « bezotsovchtchina », terme relativement intraduisible qui évoque le fait d’être sans père, l’absence de père ou l’absence des pères.
 Plus précisément, « bezotsovchtchina » pourrait être traduit comme « l’absence de père comme fait social ».

Et c’est la question du père, des pères, qui intéresse le collectif l a c a v a l e.

Leur rôle, leur place, leur fonction.
 Leur omniprésence, leur puissance, leur pouvoir. Leur faiblesse, leur absence, leur lâcheté.

Le collectif l a c a v a l e s’attachera à aller questionner la figure du père : politiquement, affectivement, socialement, historiquement.

DÉMARCHE DE CRÉATION

La forme que prendra cette création sera dans la continuité de la démarche du collectif. Un théâtre documentaire qui navigue entre intime et politique.

Après un travail d’enquête et d’entretiens mené dans les villes mêmes où sera créé le spectacle, et un travail sur la figure de Platonov, ce personnage incapable d’incarner le pouvoir et les espoirs qu’on lui prête (et qu’il s’octroie), ils s’attacheront à inventer une forme hybride, mêlant leurs disciplines, pour parler du monde dans lequel nous vivons et qui continue d’être fabriqué, dirigé et pensé par des hommes.

DATES

Du 16 au 20 septembre 2019
Résidence à la Maison Folie Wazemmes à Lille

Du 9 au 20 décembre 2019
Résidence au Vivat, scène conventionnée d’Armentières

Du 27 au 31 janvier 2020
Résidence au Théâtre de Poche à Hédé

Du 2 au 13 mars 2020
Résidence à la Comédie de Béthune, CDN

Partenaires

Le Vivat-scène conventionnée d'Armentières, le Théâtre de Poche à Hédé, la Comédie de Béthune-Centre Dramatique National, La Maison Folie Wazemmes à Lille